Comment assurer votre voiture pour la conduite accompagnée ?

La conduite accompagnée permet d’acquérir une expérience avant de passer le permis de conduire. C’est une solution proposée pour apprendre à conduire. Cet apprentissage n’est possible que si l’assurance du ou des véhicules utilisés comprend une extension de garantie. Que faut-il savoir sur la conduite accompagnée ? Quelles sont les démarches à effectuer en matière d’assurance ? L’assurance auto de la conduite accompagnée, parlons-en !

Le principe de la conduite accompagnée

Le principe de la conduite accompagnée est simple. C’est ce qu’on appelle aussi l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC). C’est une formule d’apprentissage qui permet en 1, 2 ou 3 ans de se préparer à l’examen du permis de conduire. Ce dispositif a pour but de permettre à un jeune mineur d’anticiper l’apprentissage de la conduite automobile.

La formation se déroule en trois temps, à savoir :

  • La formation initiale dans une auto-école
  • La conduite accompagnée d’un tuteur et le suivi pédagogique
  • L’examen du permis de conduire

La conduite accompagnée : quels avantages ?

Les avantages de la conduite accompagnée sont nombreux. Elle permet aux jeunes d’acquérir de l’expérience et d’augmenter leurs chances de réussite à l’examen tout en réduisant le coût de leur formation. Parallèlement, la conduite accompagnée leur permet de diminuer les risques d’accident et de bénéficier d’une période probatoire du permis de conduire réduite à 2 ans au lieu de 3 ans, ainsi que des tarifs préférentiels pour la souscription d’une assurance auto. Tout au long de la formation, le tuteur supervise la conduite de l’élève et tient à jour un livret d’apprentissage précisant les temps de conduite et le kilométrage parcouru.

La conduite accompagnée : pour qui ?

Pour être formé à la conduite accompagnée, l’élève doit respecter quelques conditions. Il doit être âgé de 15 ans (au minimum), être titulaire de l’attestation de sécurité routière et obtenir l’accord de ses parents s’il est mineur. Il doit également obtenir l’accord de l’assureur. Quant à l’accompagnateur, il doit être titulaire du permis B depuis au moins 5 ans. Il ne doit pas avoir été condamné à des délits routiers et doit avoir obtenu l’accord de son assureur. Ce sont les conditions à respecter dans le cadre de la conduite accompagnée.

La conduite accompagnée : quelles déclinaisons ?

Il existe trois types de conduites accompagnées, à savoir l’Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC), la conduite supervisée et la conduite encadrée.

Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC)

Accessible à partir de 15 ans, l’apprentissage AAC n’a pas de limite d’âge. C’est une formation qui se déroule de la même manière qu’une formation classique. La seule différence se tient entre le dernier cours de conduite et le passage à l’examen du permis. Sur une année, l’élève doit avoir effectué au moins 3000 km avec un accompagnateur. Avant de pouvoir conduire avec l’accompagnateur, l’élève doit avoir suivi au moins 20 heures de conduite en auto-école. Il doit aussi avoir réussi l’épreuve du code.

Conduite supervisée

La conduite supervisée est une formation accessible dès 18 ans. C’est une mini-conduite accompagnée. En effet, au lieu d’effectuer 3000 km minimum sur 1 an, l’élève est tenu d’effectuer 1000 km minimum sur 3 mois. Comme pour l’AAC, le candidat doit avoir suivi au moins 20 heures de conduite en auto-école. Cette formation lui permet d’acquérir davantage d’expérience avant le passage de l’épreuve pratique.

Conduite encadrée

Cette formation s’adresse aux élèves qui souhaitent préparer un diplôme professionnel menant aux métiers de la route. Par exemple, conducteur de poids lourds ou chauffeur de taxi. Elle est accessible à partir de 16 ans. Elle s’effectue pendant la formation scolaire pendant environ deux ans. Le candidat peut conduire avec l’accompagnateur de son choix dès qu’il réussit les épreuves du code et de la conduite.

L’assurance auto de la conduite accompagnée

Tout d’abord, le propriétaire de la voiture doit s’assurer que le contrat du véhicule utilisé comporte une extension de garantie. Celle-ci peut être obtenue sans surprime. Pour pouvoir conduire avec son accompagnateur, il est impératif d’obtenir l’attestation de fin de formation. Si l’assureur accepte ce nouveau risque, il modifiera alors le contrat par voie d’avenant. C’est un document qui ajoute le nouveau conducteur en apprentissage au contrat actuel.

Toutefois, l’assureur peut refuser d’accorder cette extension de garantie. Il peut refuser de donner cette garantie si l’accompagnateur a été condamné pour certains délits : délit de fuite, refus d’obéir à un ordre de s’arrêter, conduite en période de suspension, annulation du permis, conduite sous l’emprise d’un état alcoolique, homicide et blessures involontaires, entre autres. Autre motif de refus : si le risque du nouveau conducteur est trop élevé.

En cas d’accident lors de la phase d’apprentissage, l’assureur conserve une partie des dommages à sa charge, dans la limite de la franchise « conducteur novice » dans les contrats d’assurance. C’est une franchise qui s’applique à la garantie des dommages causés aux autres et aux garanties causés au véhicule de l‘assuré. Il s’agit notamment de la garantie de responsabilité civile et des garanties dommages tous accidents ou dommages collision.

Jeune conducteur : quelle assurance auto ?

Le jeune conducteur, une fois en possession de son attestation de fin de conduite accompagnée et de son permis et ayant opté pour l’Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC), peut bénéficier d’avantages tarifaires. Ces tarifs ont été instaurés pour encourager cette formation. De manière générale, la surprime demandée aux jeunes conducteurs est réduite de moitié.

La première année d’assurance passée, la surprime est une fois de plus réduite de moitié. Seule condition : l’assuré ne doit pas avoir été responsable d’un accident. La surprime est supprimée après deux années.

Il est à souligner que certains assureurs accordent des garanties aux conducteurs novices sans appliquer cette surprime. Enfin, rappelons que le jeune conducteur est celui qui a moins de 3 ans de permis.

Nos autres articles autour de l’assurance auto